Maison dans les pays baltes

Interview : Katja fondatrice de l’agence BaltiquePlurielle

Osez-le nord-est de l’Europe ! Voilà l’appel enthousiasmant de Katja, fondatrice de l’agence BaltiquePlurielle. En mars dernier, elle aurait dû participer pour la première fois au salon Directravel, aussi sommes-nous heureux de l’accueillir dans les colonnes du blog cette semaine.

Bonjour Katja ! Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis née et j’ai grandi sur l’île de Rügen sur les bords de la mer baltique, dans un pays qui n’existe plus aujourd’hui. 

Voyager en dehors du « bloc Est » de l’époque était alors inimaginable. Pire, la version officielle de l’extérieur était plutôt grise…. Dès l’ouverture des frontières j’ai succombé à l’envie de parcourir notre belle planète dans tous les sens et surtout en toute liberté pour voir son vrai visage.

Découvrir par moi-même pour me forger mon propre avis m’a poussée en dehors de ma zone de confort. Mes premiers voyages lointains ont été très marquants pour moi et m’ont conforté dans l’idée que voyager, c’est s’ouvrir sur soi et sur les autres.

Je suis arrivée en France en 1997 pour suivre mon mari, rencontré sur mon île natale… Nous partageons cette soif d’évasion, ce qui nous pousse à repartir tout le temps.  C’est le meilleur moyen pour prendre du recul.
Et notre plus belle réussite est d’avoir transmis cette envie à nos enfants… et mes clients ?

portrait de Katja - BaltiquePlurielle

Katja – fondatrice de l’agence BaltiquePlurielle

Quelle est votre histoire avec les pays riverains de la mer Baltique ?

Originaire de la mer baltique, c’est ici que se trouvent mes racines. Elles y sont ancrées et me poussent à naviguer entre la France et le nord-est de l’Europe plusieurs fois par an. Par envie et par besoin fondamental de m’y ressourcer. C’est au bord de « MA Baltique » que je trouve mes inspirations pour des voyages authentiques !  

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à développer une entreprise touristique ? Quelle est l’histoire de la création de l’agence et du choix du nom Baltique Plurielle ?

J’ai travaillé plusieurs années dans le paramédical avant de prendre la décision de faire de ma passion mon métier. J’ai repris mes feuilles et crayons pour suivre avec succès une formation diplômante dans le tourisme.
Hormis le fait que le voyage soit dans mon ADN, je voulais donc ouvrir les français à cette destination souvent emprunte de préjugés... et je ne connais aucun français qui soit revenu de cette partie de l’Europe désenchanté ! Bien au contraire… la rencontre avec la Baltique est magique. Quiconque y touche revient.

BaltiquePlurielle – Un nom qui oriente géographiquement et qui évoque la pluralité des paysages & cultures des 9 pays riverains de la mer Baltique.

rue sur Gotland en Suède

Gotland – île suèdoise

Comment vivez-vous cette période difficile pour le monde du tourisme alors que votre agence est si récente ?

Effectivement, le Covid-19 est arrivé comme un Tsunami. Cette vague est passée par-dessus de nos têtes, puissante et ravageuse. C’était un choc dans le monde entier avec des conséquences que nous ne mesurons pas encore totalement. Mais aujourd’hui déjà, nous commençons à prendre un peu de recul sur certaines choses.

Maintenant, après une première paralysie, j’ai envie de redémarrer d’autant plus. Beaucoup de choses seront remises en cause : le tourisme de masse appartiendra-t-il au passé ?

Je pense que cette crise nous offre la chance de revoir et de réécrire le tourisme de demain. Plus sensé, moins rapide et véritablement plus durable. 

Rives polonaises

Côtes polonaises

Comment pensez-vous que les voyageurs vont agir dans les mois à venir ?

Je pense qu’inévitablement il faudra un peu de temps pour redonner confiance et envie aux voyageurs français. Les peurs liées à la pandémie sont encore un frein. Mais très certainement resurgira le besoin d’évasion après une période de privation. C’est dans la nature de l’homme.

Et si nous, les professionnels du tourisme, arrivons à proposer des voyages encore plus adaptés, alors nous pouvons regagner leur confiance plus vite. Notre rôle sera de rassurer et d’informer nos clients pour les accompagner dans cette période de déconfinement, certainement plus longue que le confinement lui-même. 

 

Quels sont les atouts des destinations que vous proposez pour recommencer à voyager ?

BaltiquePlurielle propose des voyages dans les pays scandinaves, les pays baltes, la Pologne et l’Allemagne. Ces pays font partie des moins touchés par la pandémie en Europe. Ceci s’explique par le niveau sanitaire très élevé et une prise en charge santé exemplaire. Aussi, l’hygiène de vie et la discipline des pays du nord a toujours été source d’inspiration pour de nombreux pays… 

Depuis toujours, ce sont des destinations beaucoup moins impactées par le tourisme de masse. 

Autrement dit, aucune inquiétude à voyager dans cet espace !

côtes suédoises

Côtes suédoises

Avez-vous pris des engagements dans le sens d’un tourisme durable ? et pensez-vous allez plus loin ?

Le développement d’un tourisme durable est le devoir de nous tous. Nombreuses sont les agences qui s’engagent dans ce sens et c’est tant mieux ! La compensation CO2 pour s’affranchir de ses pollutions (transports, activités polluants etc) n’est pas la solution à long terme.

Aussi, je suis convaincue d’un retour au « voyage » dans le vrai sens du terme ; c’est-à-dire se laisser du temps à la découverte –prendre des transports plus lents et souvent plus propres – privilégier les hébergements et lieux de restauration familiaux avec une retombée locale et durable, les activités dans des sites engagés également dans une démarche responsable. Le tout en épousant le rythme local. L’immersion. LE voyage.

Manger un steak haché frites dans une chaîne hôtelière internationale en Laponie n’est plus cohérent avec le voyage du futur ! BaltiquePlurielle s’engage dans ce sens. 

peninsule d'inishowen en irlande

Interview : Bernard Eucher Lahon, co-fondateur d’Alainn Tours

En ces temps de confinement, nous rêvons tous de longues balades dans la nature, de nous rouler dans le verdure ; aussi, cette semaine, nous nous immergeons, le temps d’une interview, dans les grands espaces irlandais pour rencontrer Bernard Eucher Lahon, co-fondateur d’Alainn Tours.

Pouvez-vous présenter le/les fondateurs de l’agence Alainn Tours ?

Corine Ledanois et moi nous nous sommes rencontrés alors que nous étions tous deux étudiants Erasmus à Sligo, au nord-ouest de l’Irlande.

Nous suivions tous deux la filière marketing international. Elle est originaire de Normandie et était venue en Irlande pour apprendre l’anglais et suivre les traces de ses ancêtres. Moi je suis originaire du Pays Basque et j’ai appris à aimer la musique irlandaise en arrivant en Irlande.

L’Irlande nous a tellement plu que nous y sommes restés. Après diverses expériences notamment dans l’hôtellerie pour Corine et l’exportation de saumon fumé pour moi même, nous avons décidé de fonder notre agence. 

Bernard Eucher Lahon, co-fondateur d’Alainn Tours

Bernard Eucher Lahon, co-fondateur d’Alainn Tours

Qu’est-ce qui vous a poussé à développer une entreprise touristique ? Quelle est l’histoire de la création de l’agence ? Quelle est votre histoire avec l’Irlande, l’Ecosse et le pays de Galles ?

Durant nos études, dès que nous le pouvions, nous prenions la route avec Corine et d’autres étudiants de notre volée pour aller explorer les environs. Nous avons visité Sligo, puis le Donegal, le Connemara et petit à petit sillonné toute l’Irlande ! Nous sommes tombés amoureux du pays et on s’est rendu compte qu’il y avait un potentiel énorme à le faire mieux connaître auprès d’autres voyageurs, en particulier français, qui n’entendaient parler quasiment que des lacs de Connemara…

Pourquoi pas alors partager notre passion et notre connaissance du terrain ? Après une quinzaine d’années, les clients qui étaient déjà régulièrement venus en Irlande avec nous ont voulu découvrir d’autres pays celtes comme l’Ecosse et le Pays de Galles. Comme il n’existait pas d’autre agence francophone spécialiste, nous avons décidé de nous développer sur ces deux destinations. Aujourd’hui nous sommes toujours basés à Sligo et nous visitons régulièrement les trois pays. Nous fêterons nos 30 ans d’existence l’année prochaine ! 

Comment vivez-vous cette pause forcée pendant cette période de confinement ?

Comme la plupart des autres entreprises en Irlande actuellement, nous travaillons tous dans nos hébergements respectifs.

On en profite pour faire le ménage dans nos dossiers, réfléchir et créer les nouveaux produits qu’on a en tête depuis quelques temps… tout en admirant les magnifiques paysages qu’offrent les sommets de Knocknarea, Ben Bulben et les autres icônes de Sligo depuis nos fenêtres ! 

Mullaghmore Head, Sligo

Mullaghmore Head, Sligo

En profitez-vous pour mettre en place de nouveaux services, réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement ?

Habituellement, en cette saison nous sommes complètement pris. Cette année nous avons enfin le temps de contacter d’autres agences de voyages en France, en Suisse et en Belgique pour nous faire connaître auprès d’eux, qui cherchent un interlocuteur local et spécialiste pour organiser les voyages de leurs clients.

Nous consacrons une attention particulière au Canada et son marché francophone. On en profite également pour raffermir le contact avec les prestataires avec qui nous sommes solidaires. Tout est prêt pour pouvoir accueillir nos voyageurs dès que le signal sera donné. 

Quel est votre état d’esprit aujourd’hui en tant que voyageur ? Et comment pensez- vous que les voyageurs vont agir à la sortie de cette crise sanitaire ?

En tant que voyageurs, on ressent combien il est frustrant de rester chez soi alors que les splendides paysages irlandais nous appellent…

Pendant un certain temps, je pense que les voyageurs vont se recentrer sur l’Europe plutôt que de partir dans des pays exotiques et lointains. Après toutes ces semaines de confinement, ils auront hâte de se perdre dans des grands espaces mais aussi de retrouver la chaleur du contact humain. En ceci, nous avons de la chance car les pays celtes sont fameux pour les deux : une nature fabuleuse et un sens de l’accueil inégalé !

De plus, la densité sur nos destinations est très faible. Nous parlons de 60 habitants au km2 comparé aux 20 000 à Paris !!! 

peninsule d'inishowen en irlande

Péninsule d’Inishowen en Irlande

Avez-vous pris des engagements dans le sens d’un tourisme durable ? et pensez- vous allez plus loin ?

Depuis les débuts d’Alainn Tours, nous travaillons en priorité avec de petites structures locales : les B&B, hôtels à taille humaine et demeures de charme qui ont une éthique et une histoire familiale, mais aussi les restaurants du coin, les activités…

Nous contribuons à préserver la beauté des pays que nous promouvons et de la communauté dont nous faisons partie. Cette année nous avons fait don par exemple à une association de Strandhill, village côtier dans lequel je réside juste à côté de Sligo, qui encourage la biodiversité. Pour nous il est essentiel de poursuivre dans cette direction.

 

Découvrez tous les experts locaux du Directravel sur notre page Exposants 2020

Commerce équitable : les recommandations des agents locaux du DirecTravel

Du 9 au 24 mai, c’est la quinzaine du commerce équitable.
 
Chaque année depuis 2001, différents événements s’organisent pour mettre les produits équitables à la fête. Pendant quinze jours, entreprises, associations, collectivités territoriales et militants du commerce équitable proposent des animations partout en France pour mieux connaître le commerce équitable.

Nous avons demandé à nos experts du voyage de nous recommander une association ou entreprise de leur territoire qui pratique le commerce équitable.

Afrique du Sud

Céline de Ekima Afrika Travel nous propose de découvrir :

Mnandi Textiles & Design, une entreprise éthique et responsable de tissus Shweshwe au Cap, en Afrique du Sud

Voilà déjà 9 ans que nous travaillons avec cette entreprise spécialisée dans le shweswhe, un tissu aux splendides, et multiples, motifs colorés, emblématique de l’Afrique du Sud. Toujours à la recherche d’attentions reflétant l’image du pays pour nos voyageurs, nous souhaitions travailler avec des personnes partageant nos valeurs et pouvant fabriquer des sacs authentiques et uniques pour les offrir à nos voyageurs en cadeau de bienvenue.

Crée en 1991, par Liz et son mari, Mnandi est une petite entreprise de 9 salariés. Dans leur atelier situé à Observatory, ces petites mains expertes, toutes originaires de la région du Cap, sont capables de confectionner sur mesure tout type de pièces dans la meilleure des qualités.

Sacs, vêtements, rideaux.. leur expertise et créativité sont sans limites, à l’image de leur palette de tissus ! La production entièrement locale permet de mettre en exergue le design sud-africain et de faire travailler des personnes issues de milieux difficiles. Une jolie façon d’allier esthétique et éthique pour le bonheur de tous !

Inde

Véronique de l’agence Indexperience nous propose de découvrir :

Uravu, une entreprise éthique et responsable de création de produits en bambou dans le Kérala, état du sud de l’Inde.

L’Inde…territoire de 7 fois la France.

Le commerce équitable y est bien développé ; certainement parce que le pays est encore majoritairement agricole : 2/3 de la population active et avec plus de 60% des parcelles de moins d’un hectare.

Les initiatives de commerce équitable sont nombreuses et notamment au Kerala, petit état du Sud de l’Inde. 

J’ai choisi de vous présenter URAVU pour ses produits en bambou.

 

Et si j’apprécie les produits ; ce que je recommande également c’est un séjour au Uravu Bamboo Groove .

En effet, quoi de plus logique que de découvrir l’utilisation du bambou dans un projet d’éco-tourisme, de rencontrer les hommes et les femmes impliquées au quotidien.


Vous pourrez contribuer à votre façon au succès de l’initiative, par l’acquisition de quelques pièces qui trouveront j’en suis certaine une place dans vos intérieurs, et en participant aux ateliers proposés, par exemple celui-ci ou vous pourrez développer votre créativité et ramener un souvenir unique ou encore laisser des idées pour de futurs créations…

 

Et vous, avez-vous des associations ou entreprises du commerce équitable à nous recommander ?

commerce équitable

réservede samburu, Afrique

Focus sur l’Afrique pour la Journée du Patrimoine mondial africain

Alors que l’Afrique est sous-représentée sur la Liste du patrimoine mondial, les biens africains représentant seulement 12% de tous les sites inscrits dans le monde, l’UNESCO a lancé en 2015, la Journée du Patrimoine mondial africain afin de sensibiliser les populations à l’importance de ces sites, et mobiliser une coopération pour leur sauvegarde aux niveaux local, régional et mondial.

Cette journée représente l’occasion de célébrer le patrimoine culturel et naturel exceptionnel du continent africain, berceau de l’humanité. Aussi, avons-nous décidé cette année de participer à cet effort en proposant aux agents locaux qui participent au Directravel de nous parler de sites africains qui leur tiennent à cœur, et ce qui fait la richesse de leur territoire.

Algérie : le Medracen

Le Medracen (tombeau Imedghassen) est un mausolée royale numide situé à 100km au sud de Constantine et figurant au patrimoine national algérien depuis 1968. 

D’une hauteur relativement modeste, Medracen reste visible de loin. S’élevant entre le Djebel Azem et le Djebel Tafraout, il est accessible depuis la grande voie traditionnelle qui relie l’Aurès au Tell.

Ce monument qui daterait du IIIème siècle avant J-C, témoigne d’une tradition funéraire berbère ancestrale et est reconnu comme le plus ancien mausolée d’Afrique du Nord.

Différentes visions d’historiens se confrontent concernant son histoire. Car contrairement au Mausolée royal de Maurétanie (Tombeau de la Chrétienne. Tipaza), Medracen n’a pas été cité par les Anciens, du moins aucun texte s’y rapportant n’a été conservé.

Il reste donc encore beaucoup à découvrir de ce patrimoine qui figure aujourd’hui parmi les 100 monuments les plus en danger sur la planète. Nous apprécions d’autant la chance qui nous est donnée de pouvoir contempler ce témoin de la culture ancestrale amazigh.

Pour en savoir plus : www.carnetsdalgerie.com

Afrique du sud : La plage de Boulders Beach

La plage de Boulders Beach, est une réserve naturelle protégée unique

Elle se situe dans le village historique de Simon’s Town, en Afique-du-Sud, seule base navale du pays et ravissante station balnéaire dotée d’un port de commerce et de villégiature aux nombreuses maisons victoriennes. 

Boulders Beach doit sa renommée à ses manchots du Cap qui y ont élus domicile en 1983. Aujourd’hui, on compte près de 3000 spécimens, l’une des rares et plus importantes colonie d’Afrique. 

Son aménagement permet une parfaite visibilité pour l’observation de ces animaux endémiques vivant à l’état sauvage. Un must multigénérationnel !

En savoir plus : Ekima travel

Bénin et Togo 

Pour la journée mondiale du patrimoine culturel, votre agence de tourisme responsable Voyages modestes vous invite à explorer un type particulier d’habitat que l’on retrouve au nord du Bénin et Togo

On l’appelle Tata dans la région de Boukoumbé au Bénin et Takienta dans la zone de Koutammakou au Togo. Il s’agit d’une forteresse imprenable qui avait servi aux populations à se protéger contre les envahisseurs lors des guerres tribales et les razzias. 

Cette demeure ancestrale exceptionnelle est aujourd’hui une attraction touristique si bien que lorsque vous allez au Bénin ou au Togo sans entrer dans un tata ou un takienta , vous avez le goût de l’inachevé. 

D’ailleurs, la région du Togo est inscrite depuis 2004 au patrimoine mondial de l’UNESCO parce qu’elle est le témoignage vivant d’une culture traditionnelle africaine profondément respectueuse de la nature

Pour en savoir plus : Voyage au Bénin

Gabon :  le parc national du Loango

A 300 km au sud de la capitale, le parc national du Loango est le joyau du Gabon : 155 000 ha de forêt, de savanes, de plage et de lagunes sont peuplés par une faune abondante et exceptionnelle. Depuis quelques années, on peut y pratiquer l’observation des gorilles des plaines. Accompagné d’éco-gardes spécifiquement formés pour l’approche des gorilles, briefing dans le camp ou vivent les scientifiques et départ pour LA rencontre.

Les gorilles se déplacent dans la forêt de manière imprévisible, le temps total que vous passerez dans la forêt peut varier entre 2 et 8 heures. Nous observons généralement les gorilles à une distance de 10-30 mètres. Ce safari peut être effectué tout au long de l’année.

Pour en savoir plus : https://www.territoiresvoyages.com/gorilles-du-gabon.html

Kenya : Réserve de Samburu 

Les réserves de Samburu et Buffalo Springs sont mitoyennes et couvrent 520 kilomètres carrés environ. Elles sont séparées par la rivière Ewaso Ngiro, bordée par une forêt.

Ces réserves donnent une impression d’opulence et la métaphore « d’arche de Noé » prend ici tout son sens ! 25 kilomètres d’oasis s’étalent tout le long de la rivière Ewaso Ngiro.

Chaque fin d’après-midi le spectacle des animaux venant s’abreuver est absolument magnifique. De plus dans ces réserves on retrouve un certain nombre d’espèces endémiques ou caractéristiques des milieux arides et semi-arides telles que : les oryx, zèbres de Grévy, Gérénouks ou Girafes réticulées

Créée en 1962, la réserve de Samburu est connue pour ses espèces rares telles que le zèbre gris, l’autruche de Somalie, la girafe réticulée, le Gerenuk et le Beisa Oryx (également appelé Samburu Special). La réserve est également connue pour sa population d’éléphants : plus de 900 individus sont recensés dans la réserve !

Les grands prédateurs tels que le lion, le léopard et le guépard sont présents à Samburu. La fameuse Kamunyak, la lionne miracle qui a adapté le bébé Oryx, vivait dans la réserve.

On peut y voir aussi des chiens sauvages et la faune aviaire est abondante avec plus de 450 espèces recensées, notamment le faucon crécerellette et le faucon Taita, qui sont toutes deux des espèces protégées.

Cinq espèces classées comme vulnérables ont été observées dans la réserve. Il s’agit du Dard d’Afrique, de la Grande Aigrette, du Vautour à tête blanche, de l’Aigle martial et du Pecker à bec jaune. 

La réserve de Samburu est très peu fréquentée et est particulièrement appréciée des voyageurs en quête de safaris hors des sentiers battus.

Pour en savoir plus : www.leboosafaris.com

Maroc : Citadelles du grand sud marocain

« Agadir » n’est pas qu’une ville du Maroc, c’est aussi le nom d’une construction fortifiée traditionnelle de l’Atlas (comme la kasbah – maison fortifiée – et le ksar – village fortifié -), difficile d’accès et construite par les Berbères pour servir de grenier collectif en temps de paix et de place forte en cas de siège. Certains datent de plus d’un millénaire et sont toujours en activité !

Dans l’Anti-Atlas, nous vous recommandons le village berbère d’Amtoudi, outre de belles gorges verdoyantes et des gueltas propices à la baignade, propose à la visite deux superbes greniers fortifiés proches l’un de l’autre et fort bien conservés.

Pour en savoir plus : www.horscircuit.fr

Tanzanie : le parc national de Rubondo Island 

On vous emmène tout au nord de la Tanzanie, sur la rive Sud du lac Victoria, pour vous faire découvrir ce paradis du safari hors des sentiers battus.

Rubondo est un parc national composé d’une île principale, l’île de Rubondo, et de quelques autres petites îles secondaires. 

C’est l’un des endroits les plus calmes du pays, et aussi et surtout un lieu parfait pour faire un safari original en Tanzanie puisque l’on y découvre de nombreuses espèces d’oiseaux, des antilopes et autres animaux qui viennent se réfugier ici pour échapper aux prédateurs. 

Ce parc est aussi une fenêtre ouverte sur la vie locale, avec les pêcheurs du lac Victoria et la visite de sites culturels comme Ntungamirwe et Solo qui permettent de plonger dans l’histoire de la région.

Pour en savoir plus : La route des Voyages – Tanzanie

Soaring Flamingo – Le cratère du Ngorongoro

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le cratère du Ngorongoro est un véritable jardin d’Éden. Ses paysages époustouflants et la concentration exceptionnelle de sa faune lui donnent parfois la réputation d’être la 8e merveille de notre planète.

En effet, dans la plus grande caldeira du monde (610 m de profondeur et 22 km de diamètre) vivent une incroyable densité et variété de faune sauvage. En particulier, tous les « big five » sont présents : lions, léopards, éléphants, rhinocéros et buffles.

Pour en savoir plus :  https://www.soaringflamingo.com/en/

Pour en savoir plus sur ces agents locaux, consultez la page des exposants du Directravel 2020.

vue de paraty

Interview : Brésil Découverte

Cette semaine, c’est un petit bout de Brésil que nous mettons à l’honneur en vous présentant Joël Riou, directeur de l’agence Brésil Découverte.

Pouvez-vous  vous présenter et nous raconter votre histoire avec le Brésil ?

Originaire de Bretagne, j’étais analyste financier pour un grand courtier français, avant de devenir directeur de la filiale brésilienne du cabinet de consulting Gorioux Faro.

Mon histoire avec le Brésil débute en 1996 lors de la coopération de 18 mois. Au cours de ce séjour, j´ai rencontré ma future épouse brésilienne. Ensuite, après cette période coopération, je suis revenu en France pour travailler pour une société de Bourse, et ce pendant près de 4 ans.

Je suis retourné au Brésil pour développer une filiale française, c’est ainsi que je m’y suis installé en 2001.

Après cette nouvelle expérience, nous avons décidé,  avec mon épouse, de créer l´agence brésil découverte en 2003. Nous souhaitions répondre aux demandes de plusieurs agences de voyages et de particuliers en profitant des débuts d’internet. Un an plus tard, l’agence avait déjà organisé de nombreux voyages à la carte pour de grands groupes.

portrait de Joël - Brésil découverte

Portrait de Joël – Agence Brésil Découverte

Qu’est-ce qui vous a poussé à développer une entreprise touristique ?

En 2003, j´ai créé l´agence quand je me suis rendu compte que le boom de l´internet était une opportunité. Ma connaissance de la langue portugaise et du pays, ainsi que notre présence sur place étaient, et sont toujours, des atouts majeurs.

Voyager au brésil (15 fois la superficie de la France) nécessite une bonne connaissance du pays. A l’époque, les voyages proposés au Brésil par les agences françaises n´étaient pas encore très développés, nous avons donc immédiatement démarché quelques agences de voyages avec qui nous travaillons encore aujourd´hui !

l´hotel BELMOND CATARATAS ET LES CHUTES D´IGUAÇU

L´hotel Belmond cataratas et les chutes d’Ignaçu

Quelle est l’histoire de la création de  l’agence Brasil França  ?

Tout a démarré par la demande d´organisation de voyages d’amis/famille, au cours de ma période de coopération, et je leur ai organisé la plupart de leurs séjours.

Le goût des voyages a ensuite était un déclic. Dans un premier temps, mon épouse  dirigeait l´agence courant de 2003, et j´ai développé l´entreprise en 2004.

photo agence bresil decouverte

L’équipe de Brésil Découverte

Comment vivez-vous cette pause forcée pendant cette période de confinement ?

Dans ce contexte inédit, nous encourageons les clients à ne pas annuler leurs voyages d´autant plus que la plupart des compagnies aériennes, et des hôtels ne remboursent pas (décret brésilien), mais ils acceptent de reporter les voyages. C´est un gros travail supplémentaire pour les agences mais nous devons y faire face.

En profitez-vous pour mettre en place de nouveaux services, réfléchir à de nouveaux modes de  fonctionnement ? 

Au cours de cette pause forcée, nous préparons des voyages pour le nouvel An et le carnaval de Rio 2021 qui aura lieu à la 2eme quinzaine de février.

Aussi, nous prenons contact avec de nouveaux hôtels en vue de proposer de nouveaux circuits pour 2021.

 Quel est votre état d’esprit aujourd’hui en tant que voyageur ? Et comment pensez-vous que les voyageurs vont agir à la sortie de cette crise sanitaire ?

Je pense qu´après cette phase de confinement, les voyageurs auront un regard diffèrent sur les voyages, pourront apprécier certaines choses qui, avant cette crise, paraissaient très banales.

barque à Paraty

Barque – Paraty

Randonnée Mont-Blanc

Interview : Watse Trekking

Pierrick Delattre, le fondateur de l’agence Watse Trekking, s’est prêté au jeu des questions/réponses pour ouvrir notre série d’interviews.

Pouvez-vous présenter le/les fondateurs de Watse Trekking ?

Watse Trekking est une agence de Trek basée au Pays du Mont-Blanc, là où, Pierrick, fondateur de l’agence a grandi. C’est au pied de ces montagnes de caractère que la passion de la montagne a conquis Pierrick très jeune.

Tout d’abord tourné vers l’alpinisme et l’escalade, il a ensuite éprouvé le besoin de partager cette passion avec le plus grand nombre. C’est alors qu’il a décidé de partir découvrir les autres montagnes et peuples du monde lors d’un tour du monde des sommets de 2 ans avec sa femme. Ce voyage au long court a profondément ancré les bases et l’identité de Watse Trekking qui privilégie la conception d’itinéraires hors des sentiers battus et le partage avec les populations locales.

Devenu par la suite guide de trek professionnel, Pierrick a décidé de s’entourer d’autres guides professionnels afin de proposer des séjours en montagne axés sur la sécurité, la découverte et le plaisir. C’est aujourd’hui une équipe de 5 guides professionnels qui sont à votre écoute afin d’imaginer les itinéraires de vos rêves, en France et à l’étranger.

Pierrick - fondateur de Watse Trekking

Pierrick – Fondateur de Watse Trekking

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à développer une entreprise touristique ? Quelle est l’histoire de la création de Watse trekking ?

Très tôt nous avons compris chez Watse Trekking qu’il était nécessaire de proposer des séjours en montagne avec toute la sécurité et le savoir faire de professionnels de la montagne travaillant main dans la main avec des partenaires locaux. De plus, le potentiel de voyages hors des sentiers battus est immense et il est dommage de voir de nombreux groupes provenant des grandes agences « classiques » se presser toujours vers les mêmes circuits. Nous avons donc décidé d’unir nos forces et de faire profiter aux randonneurs de notre grande connaissance du terrain en composant des circuits qui nous ressemblent.

 

En quoi Watse Trekking est elle une agence différente des autres agences classiques ?

Nous sommes des artisans du voyage et nous créons des circuits dans les zones que nous connaissons le mieux. Nos groupes sont toujours guidés par un professionnel français en doublons avec un guide local. Cette « paire » de guides permet aux randonneurs confort et sécurité tout en mettant l’accent sur la découverte et la rencontre avec les populations locales.

Val Montjoie - Pays du Mon-Blanc

Val Montjoie – Pays du Mon-Blanc – Watse Trekking

Comment vivez-vous cette pause forcée pendant cette période de confinement ?

Nous sommes des guides de trek, des hommes de terrain. Les grands espaces ainsi que le relationnel avec nos clients nous manquent. Malgré tout nous avons décidé d’utiliser notre savoir faire afin de faire rêver nos clients et de les aider dans la préparation de leurs futurs projets. Nous estimons qu’il est essentiel de continuer à faire garder espoir aux randonneurs et nous essayons de faire de notre mieux à travers des articles de blogs, des récits, des conseils de préparation …

 

En profitez-vous pour mettre en place de nouveaux treks, de nouveaux produits touristiques ?

Oui tout à fait. Nous avons dès le début essayé de comprendre et d’analyser précisément les conséquences de cette crise et de mettre en place une offre adaptée aux circonstances. Nous avons très vite compris que les destinations locales devaient être mises en avant pour cet été au moins. Nous avons donc renforcé notre offre en France notamment et avons produit plusieurs séjours en espérant que ceux-ci satisferont les randonneurs en quête de grands espaces et de liberté.

 

Quels seront, selon vous, les envies des voyageurs à la sortie de cette crise sanitaire ?

Il semble aujourd’hui évident que les destinations locales ou très proches vont être plébiscitées dès la sortie du confinement pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les restriction de circulation sont fréquentes entre pays. De plus le trafic aérien est très aléatoire et les conditions d’annulation sont assez chaotiques. Egalement, nous pensons qu’une solidarité française va s’installer, du moins nous l’espérons et que les randonneurs vont choisir de rester en France pour leur séjour de cet été. Enfin, même si le temps ne manque pas pour organiser les prochaines escapades, les randonneurs risquent d’être pris de court pour l’organisation de leurs séjours lorsque le confinement sera terminé. Et puis parce que nous avons des trésors cachés également sur notre territoire !

Randonnée Mont-Blanc

Randonnée au Pays du Mont-Blanc – Watse Trekking

Avez-vous pris des engagements dans le sens d’un tourisme durable ?

Nous avons fidélisé des partenaires locaux dans nos destinations en instaurant un climat de confiance entre nous. Nous respectons leur travail et veillons à une juste rémunération. Nous essayons de leur fournir du travail de manière régulière et il comptent sur nous bien souvent.

Le côté « durable » chez Watse signifie travailler main dans la main pour satisfaire nos clients. Nous souhaitons bâtir des relations solides sur le long terme avec nos partenaires et également avec les guides qui travaillent dans notre petite agence. C’est pour ceci que nous créons nos itinéraires, car nous ne souhaitons pas rentrer dans une guerre de prix perdue d’avance avec les autres agences, nos séjours étant différents même s’ils ne sont pas forcément plus chers.

Nous ne communiquons pas sur le côté durable de nos séjours car pour nous le respect des gens et du travail, la juste rémunération ainsi que la valorisation du travail effectué est une évidence.

Nous essayons aussi de sortir des sentiers battus et ainsi nous souhaitons apporter un revenu à d’autres personnes que celles se trouvant sur les grands axes classiques. Nous sommes aussi très sensibles à notre impact local. Par exemple chez Watse et en trek, nos groupes sont équipés de filtres à eau, réduisant les déchets plastiques de manière significative.

Voici nos valeurs et les actions que nous essayons de mettre en place pour un tourisme durable.

 

Pour en savoir plus : Watse Trekking

Un nouveau départ pour le blog DirecTravel

Fin mars, une centaine d’exposants issus du monde entier et plus de 6.000 visiteurs étaient attendus au cœur de Paris, dans le Marais, à la Halle des Blancs Manteaux pour la 4ème édition du DirecTravel.

Le DirecTravel est, depuis 2016, la place de marché où, voyageurs et experts locaux de destinations du bout du monde, se rencontrent pour créer ensemble des voyages authentiques et uniques.

Malheureusement, cette année, la pandémie du Covid-19 nous a contraint à annuler le salon quelques jours avant son ouverture.

Comme vous tous, nous sommes profondément touchés par la grave crise sanitaire mondiale. La santé est naturellement une priorité ; mais, ce que nous vivons actuellement est très perturbant, et nous sommes sonnés par le cataclysme qui emporte une partie du secteur touristique.

Un peu égoïstement aussi, nous pensons au DirecTravel#2020 dont la mise en place était non seulement le fruit d’une année de travail pour une équipe d’indépendants, de fournisseurs et de prestataires, mais aussi l’aboutissement d’un concept qui a nécessité l’investissement de3 précédente éditions.

Vous pouvez aisément imaginer notre déception …

Mais restons optimistes et allons de l’avant ensemble !

Aussi, avons-nous décidé de faire de la résilience. Nous allons mettre du cœur à l’ouvrage en espérant vous insuffler de l’enthousiasme et du dynamisme :

  • à vous professionnels du tourisme qui subissez une crise inimaginable,
  • à vous voyageurs qui avez encore du mal à vous projeter dans un nouveau voyage.

Dans l’attente du DirecTravel#2021 qui devrait avoir lieu du 26 au 28 Mars 2021, dans notre chère Halle des Blancs Manteaux  de Paris, nous alimenterons ce blog pour vous présenter les agents de voyage que vous pourrez rencontrer en 2021 et les destinations qu’ils représentent. Nous insisterons sur leurs valeurs humaines, sur le tourisme durable qui est une de leurs priorités.

Nous allons vous mettre en contact direct les uns avec les autres pour que notre concept ait du sens, même en temps de crise.

Aussi, n’hésitez pas à nous contacter pour prendre la parole sur le blog.

D’articles en témoignages, nous allons construire ensemble le tourisme de demain.

Retrouvez-nous tous les lundis.

On compte sur vous ?