Tbilissi

Découvrir le Caucase avec Prométhéa

Nous sommes heureux d’accueillir au sein des exposants du DirecTravel l’agence Prométhéa, basée à Tbilissi, en Géorgie. Nous avons interrogé sa cofondatrice, Shorena, pour nous en dire un peu plus sur sa structure et son pays.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Shorena Niniashvili, je suis directrice associée de Promethea Voyages. Il y a 10 ans, après 10 ans de travail dans le tourisme avec mon associé, nous avons fondé l’agence de voyages en Géorgie.

Nous avons nommé l’agence « Prométhéa », ce qui vient du héros de la mythologie grecque, enchainé au mont du Caucase, sur le territoire géorgien. Comme Prométhée, qui déroba le feu aux Dieux, pour l’offrir aux hommes, nous voudrions offrir aux gens la joie et l’émotion du voyage.

Quelle est votre histoire avec le Caucase ?

Je suis née et j’ai grandi dans le Caucase, en Géorgie, dans la région viticole de Kakhetie. Très liée avec le monde francophone grâce à ma profession de base –  je suis professeur de français à l’origine, j’ai rencontré mon associée il y a 20 ans et nous avons débuté ensemble dans le monde du tourisme.

Ce monde magique qui nous a tout de suite charmés.

La Géorgie s’ouvrait juste au monde international après les années difficiles postsoviétiques ; le tourisme commençait à se développer ; les hôtels apparaissaient petit à petit ; l’état commençait à restaurer les routes. Nous avons apporté de notre côté une expérience européenne du tourisme, grâce à l’implantation d’une représentation d’une agence française à Tbilissi – nous avons porté notre aide à la formation du personnel  –  des guides, chauffeurs, les propriétaires des guest-houses…

Qu’est-ce qui vous a poussé à développer une entreprise touristique ?

C’est mon expérience dans le tourisme qui m’a poussé à me mettre à cette activité : j’ai vu à quel point mon pays charmait les touristes étrangers, et notamment les Européens.

Son histoire ancienne, sa nature luxuriante, ses terres sauvages, ses collines et ses montagnes à plus de 5000 m, son peuple hospitalier, ses traditions anciennes et inédites, ses villages à l’architecture originelle, ses paysages aux diversités étonnantes, je trouve qu’il y a beaucoup de choses à citer encore pour montrer l’originalité et l’attrait de mon pays.

Avez-vous pris des engagements dans le sens d’un tourisme durable ?

Nous sommes très soucieux à préserver la nature et le patrimoine. Nous organisons les voyages dont le but est de planter les arbres aux aires endommagées par l’incendie, ou de rencontrer les élèves des écoles pour partager avec eux les connaissances de comment protéger notre pays pour que les nouvelles générations  puissent toujours profiter de son histoire et de la richesse de son patrimoine.

Qu’attendez-vous de l’édition digitale du DirecTravel ?

En cette période où des salons physiques s’annule l’un après l’autre, je pense que c’est une belle opportunité pour les gens qui souhaitent planifier leur voyage pour l’année prochaine ou l’année d’après, de prendre contact direct avec les agences locales, de se renseigner, de choisir la destination qui correspondrait mieux à leurs envies.

Notre présence sur le salon digital va aussi accroitre la notoriété de notre pays, en tant que destination touristique et du pays vert par rapport à la situation pandémique globale.

Que pourriez-vous présenter sur le DirecTravel virtuel pour donner aux voyageurs l’envie de repartir ? (vidéo, images, conférences….)

Nous allons organiser deux activités en ligne, un atelier culinaire le 5 novembre et la tour de la vieille ville de Tbilissi avec guide le 6 novembre.

La cuisine géorgienne est très variée, elle est célèbre de ses pains aux différents ingrédients, – surtout aux fromages –  nommés Khachapouri, les salades épicées aux noix, dont la plus réputée et l’aubergine au noix, les khinkali –  plat des montagnards, un ravioli à viande hachée… Nous allons présenter un des plats les plus délicieux et le plus appréciés par nos touristes. La tour de ville  sera présentée par une de nos meilleures guides  francophones, qui vous fera découvrir la vieillie  ville de Tbilissi, et vous parlera aussi du pays, de son histoire et des valeurs historiques et culturelles.

Quels sont les atouts des pays du Caucase pour un voyageur ?

Voici les 10 raisons qu’on cite souvent pour donner envie de voyager en Géorgie :

  • Pays vert pendant une crise sanitaire mondiale  –  À part une belle destination touristique, la Géorgie en même temps est un pays sûr à l’égard du Covid 19, nous sommes sur la liste des pays verts, avec qui la France a ouvert ses frontières le 8 juillet, et c’est sans les conditions spéciales (à part le test Covid obligatoire depuis le 15 septembre, avec la possibilité de le faire à l’aéroport de Tbilissi). Nous avons en ce moment les frontières ouvertes avec 5 pays de l’Union européenne : la France, l’Allemagne, et les pays baltes.  Nous avons accueilli le premier vol Air France post Covid le 8 aout, avec nos touristes à bord, et nous continuons toujours à les accueillir. J’espère que l’évolution de la situation avec la Covid 19 se stabilisera bientôt et nous permettra de reprendre vite nos activités à plein volume.
  • Un gros dépaysement aux portes de l’Europe – pays aux limites de deux civilisations –  L’Europe et L’Asie, est un beau mixe de deux. C’est ici qu’un air d’Orient et d’Occident flotte dans les ruelles des villes anciennes aux pieds du Grand Caucase.
  • De grand face à face avec la nature – La montagne est partout et il n’y a pas de région en Géorgie qui ne présente d’excellentes opportunités pour des randonnées allant de la balade paisible au trek le plus aventureux, quel que soit le niveau des marcheurs, le Caucase est le massif le plus spectaculaire de l’Europe. Il y a également un choix illimité des pistes pour tous les cyclistes pour pédaler à l’ombre des barrières rocheuses avant de se laisser glisser joyeusement dans les accueillantes vallées. Le cheval est le moyen écologique idéal et il est chez lui en Géorgie : ils montent à 3000 mètres d’altitude et ont le pied aussi sûr que les mules.
paysage géorgien

Randonnée à cheval dans le Caucase

  • De magnifiques paysages très variés. La Géorgie sur un territoire de 69 700 km carré seulement est presque unique dans le monde par sa biodiversité. Trouver des marais subtropicaux, des zones quasi désertiques, de hautes montagnes à moins de cent kilomètres les unes des autres est réellement très rare. Ajoutons à cela que presque 40 % du territoire géorgien est couvert des forêts qui n’ont jamais été touchées et la chaine du Grand Caucase, qui s’étend ses grandioses montagnes de la Mer Noire à la Mer Caspienne. Plusieurs sommets dépassent 4000 mètres. Le mont Chkhara avec 5068 mètres, le plus haut point du Caucase géorgien, et le mont Kazbek avec 5033 mètres, sont les sommets les plus recherchés des alpinistes.
Montagnes géorgiennes

Grand Caucase

  • Un fort patrimoine culturel et religieux – un des principaux attraits de la Géorgie est son patrimoine d’églises anciennes construites depuis le 5e siècle. Non seulement l’architecture et les fresques sont superbes, mais elles sont souvent situées dans les paysages d’une grande beauté. Ainsi, l’église Sameba de Guergueti (14e siècle se dresse comme une sentinelle de passé devant le géant Mont Kazbek. La cathédrale de Svetitskhoveli à Mstkheta est installée au confluent de deux larges rivières. L’architecture des monastères souterrains est particulièrement intéressante en Géorgie. Près de la frontière avec l’Azerbaïdjan, l’ensemble de neuf monastères de David Garedja, 6e siècle, le monastère de Vardzia – 13e siècle et les caves de la forteresse d’Ouplistsikhé sur l’ancienne route de la soie, sont des puissants attraits pour les touristes.
monastère troglodyte de david garedja

Monastère troglodyte de David Garedja

  • De bonnes spécialités culinaires et le vin – La Géorgie possède une cuisine très riche qui varie d’une région à l’autre. Produits dans un pays riche en minéraux alluvionnaires et de pâtures alpestres, les légumes, fruits, viandes et fromages ont gardé les saveurs et des fragrances naturelles presque partout oubliées qui ne doivent rien à la technologie et à la génétique.
  • Un très bon accueil – Les Géorgiens disent que l’hôte est un don de Dieu. Il est accueilli avec beaucoup de chaleurs et une vraie hospitalité. Les tables sont dressées pour accueillir un hôte, quelque que soit le moment de la journée, et le thamada – chef de la table qui sait mettre ne valeur ses hôtes en portant des toasts poétiques et émouvants, crée cette inimitable convivialité géorgienne.
  • Un accès facile et direct, pas de visa pour les ressortissants de l’UE  – En cette période pandémique, la Géorgie est desservie par Air France deux fois par semaine. Il est également possible de venir par Luhfthanza – via Munich ou par Air Baltic – via Riga. Turkish Airlines effectue aussi les vols, mais dans le sens Tbilissi-Istanbul et puis les pays des destinations seulement. Nous espérons qu’il va bientôt reprendre ses vols à plein volume, comme c’était avant la pandémie. Le visa n’est pas obligatoire pour les ressortissantes des pays de l’Union européenne, un passeport à validité de 3 mois est suffisant.
  • Un pays peu cher à visiter – la Géorgie est le pays où les prix sont relativement bas par rapport aux pays européens. Le transport, notamment les taxis sont pratiquement aux prix du transport public en France. Les repas sont aussi très abordables, on peut très bien manger en Géorgie pour 10-15 euros par personne.
  • Tbilissi – la capitale – Tbilissi est la capitale de la Géorgie depuis mille-cinq-cents ans. Errer dans la vieille ville est la plus agréable des expériences. On y découvre les maisons aux balcons sculptés du bois, les cafés d’artistes comme celui du théâtre des marionnettes, des boulangeries faisant du pain traditionnel dans un four en argile, des boutiques des tapis, et bien sûr des églises, une forteresse qui couronne e la vieillie ville, une synagogue, des maisons de bain aux coupoles hémisphériques en argile. Puis on retrouve les pavés des rues étroites qui vous mènent vers le centre administratif ; le parlement et l’Opéra de Tbilissi.
maisons à Tbilissi

Tbilissi

Quels conseils pourriez-vous dispenser aux voyageurs pour parcourir la Géorgie ?

Comme j’ai mentionné là-haut, pour visiter la Géorgie, le visa n’est pas nécessaire, et deux vols directs sont disponibles pour le moment, opérés par Air France. On espère aussi que les vols pas chers (Wizz Air, Raynair,  Uknairien Airlines et Turkish Arline) reprendront vite leurs vols.

Il ne faut pas de vaccins pour venir, en ce moment c’est le test Covid qui est demandé à présenter à l’aéroport –  il est également possible de faire le test en arrivant à l’aéroport. Le pays gère très bien la situation avec le Coronavirus, les masques sont obligatoires dans les espaces clos, on vous mesure la température en entrant et les liquides antibactériens sont installés partout.

La langue parlée est le géorgien, mais dans les grandes ou moyennes villes on comprend l’anglais et le russe. Les gens sont très amicaux et vous aideront volontiers si vous avez besoin qu’on vous renseigne pour telle ou telle adresse ou autres questions. La monnaie est locale – laris – mais vous pouvez facilement changer les euros et les dollars dans les bureaux de banques ou de simples changes qui sont nombreux dans les grandes ou moyennes villes. Le climat est sec continental dans la partie orientale du pays et plus humide et subtropical dans la partie occidentale. Les mois les plus chauds sont juillet et aout, mais dans les montagnes il fait naturellement frais.

Y a-t-il une saison plus propice à leur découverte ?

On peut visiter la Géorgie pendant toute l’année. Chaque saison offre les attractivités touristiques. Printemps/Eté/Automne sont les meilleures saisons, mais en hiver, on peut également profiter de faire du ski et passer le Noël ou la fête du Nouvel An dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

La Géorgie est le paradis des trekkeurs, et la meilleure période c’est entre le mois de mai et octobre. On organise les circuits trekking dans toutes les régions montagneuses, mais les plus réputées, ce sont les régions de Svanetie, Toucheti et Kazbegui. Ce sont les régions du Grand Caucase, avec les pics qui dépassent 5000 m. Ces régions se diffèrent par les paysages, l’architecture typique, les traditions et les cuisines.

La Svanetie  est accessible pendant toute l’année, mais le trekking le plus populaire –  le glacier du mont Oushba et le trekking à plusieurs jours de Mestia- Oushgouli, via les vallées aux villages pittoresques, sont les plus demandés.

La Touchetie est une région dans laquelle on fait beaucoup de cheval, et le trek le plus populaire est la traversée de Touchetie à Khevsouretie à plusieurs jours. Là, on est vraiment dépaysé, on se retrouve au milieu des montagnes, sans réseau et sans la civilisation…

Une autre traversée du Grand Caucase d’une région à l’autre passe par les monts Chaukhi (à 3500 m), nous commençons le trekking dans la région de Khevi et arrivons au village Roshka, situé à 2 200 m, dans la région de Khevsouretie. Les activités comme rafting dans les rivières rapides des montagnes, kayaking, les canyons, les tyroliennes, les nombreuses grottes ou cités troglodytes –  sont disponibles en fonction des régions.

Et au final la côte de la Mer Noire avec la ville blanche de Batoumi, avec les côtes verdoyantes aux multiples jardins botaniques, les hôtels-resorts ou maisons de locations près les plages aux sables magnétiques ou aux galets, et une vie nocturne agitée sont aussi à votre disposition.

Si vous ne deviez citer qu’un endroit ou un évènement à ne pas manquer (pour chaque pays), quel serait-il ?

Les vendanges  (en septembre et octobre) : la Géorgie est un pays viticole, avec une très riche histoire de vinification. Les premiers pépins de raisin ont été découverts en Géorgie il y a environ 8 000 ans. Le Congrès mondial des viticulteurs de Bordeaux a attribué à la Géorgie le statut de pays – patrie de vin il y a 3 ans. Nous avons nos propres méthodes de vinification – dans les jarres enterrés dans la terre, et les vendanges sont une fête familiale avec ses traditions et sa table dédiée à cet évènement.

vendanges en Géorgie

Vendanges en Géorgie

Le festival de la musique classique de Tsinandali :

En septembre : c’est un château princier situé dans le village de Tsinandali (au cœur de la région de Kakhétie, région principale vinicole), entouré d’un énorme jardin abrite aussi un hôtel 5* et une salle de concert en plein air, qu’on organise chaque année le Festival de la musique classique avec les musiciens d’un renommé mondial : comme Khatia Buniatishvili, Iuja Wang, Martha Argerich et autres.

Festival de Tsinandali

Festival de Tsinandali

Les fêtes populaires :

Lamproba en Fevrier-Mars

(Fête du printemps dans les montagnes des sources païennes, consiste à allumer des flambeaux en vue de solliciter la fertilité de la nature),

Elle est célébrée dans la région de Svaneti en Géorgie au début du printemps. Lamproba ou Lamps Festival est lié à divers symboles. La légende la plus répandue est qu’elle a été réalisée à Svaneti afin de déterminer le nombre de guerriers. Une autre version est que Lamproba était une sorte de rituel païen qui visait à demander aux divinités de meilleures récoltes et de meilleures conditions météorologiques. Il existe une autre version qui raconte que, selon la tradition Svan, les lampes visaient à réchauffer l’âme des morts. Lamproba est lié au calendrier lunaire, c’est pourquoi il est célébré à différentes périodes de l’année, principalement en février ou mars. Le principal attribut de ce festival est une lampe fabriquée à partir de branches de chêne ou de bouleau. Plus tard, ils mettraient les bougies près de la grange. Ensuite, les participants ont lutté, dansé et joué à divers jeux.

Lamproba

Lamproba

Lelobourti en avril ou mai (rugby traditionnel suivi de la course des chevaux)

Un jeu anguleux, organisé traditionnellement le jour de Pâques, fondé il y a des siècles. La règle est simple, mais nécessite une activité physique très intense. Les habitants de Shukhuti  (région de Guria) sont divisés en deux parties et se rejoignent pour essayer. Le gagnant emmène le ballon au cimetière en l’honneur du défunt.

Lelobourti

Lelobourti

Ce sont les évènements intéressants à souligner le plus, mais sinon souvent nous transformons les voyages en fêtes improvisées, en profitant des fêtes de mariage, fête foraine ou religieuse du village, ou autres ou nos touristes peuvent participer comme les invités d’honneur, grâce à nos guides qui arrangent bien le contact avec les gens locaux…