Timimoun

(re)Découvrir l’Agérie avec Daïa, fondatrice de Carnets d’Algérie

Parce que l’Algérie est méconnue des voyageurs, parce que l’image du pays est lourde d’un passé trop tumultueux, Daïa, qui est née et a grandi en Kabylie, a lancé en 2019 l’agence Carnets d’Algérie qui œuvre pour un tourisme responsable et solidaire dans son pays natal. Elle nous en dit plus sur son parcours et ses ambitions…

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Daïa et je suis fondatrice de l’agence Carnets d’Algérie, dont l’objectif est de proposer aux amoureux de voyages authentiques de découvrir ce pays souvent méconnu, en privilégiant la pratique d’un tourisme équitable et durable.

Ce projet que je mûris depuis quelques années s’est concrétisé début 2019 lorsque j’ai quitté mon poste, après 10 années passées dans la gestion de projets digitaux. 

L’agence, implantée à Toulouse, est officiellement en activité depuis septembre 2019.

Daïa, fondatrice de Carnets d'Algérie

Daïa, fondatrice de Carnets d’Algérie

Quelle est votre histoire avec l’Algérie ?

Je suis née à Tizi-Ouzou, en Kabylie, à une heure à l’est de la capitale algérienne.

J’ai eu la chance de grandir dans un environnement familial qui m’a transmis un attachement sans faille à mes racines tout en m’encourageant à m’ouvrir au reste du monde. Ma mère m’a toujours dit d’être « une citoyenne du monde ». Et c’est ce que j’ai fait ! 

Comme beaucoup de jeunes dans l’Algérie des années 90, le manque de perspectives et le climat ambiant ont été à l’origine de mon départ à l’étranger. C’est ainsi qu’à 17 ans, le bac en poche, je m’installe à Toulouse pour poursuivre mes études. Bien que ce départ se fait avec le déchirement que portent en eux les exilés, j’ai eu la chance d’avoir une vie estudiantine remplie de rencontres riches et multiculturelles.

Néanmoins, j’ai toujours nourri le projet de pouvoir un jour participer, à mon niveau et d’une manière ou d’une autre, au dynamisme de l’économie algérienne.

Daïa - Carnets d'Algérie

Daïa – Carnets d’Algérie

Qu’est-ce qui vous a poussé à développer une entreprise touristique ?

Après avoir beaucoup voyagé, en particulier en Europe et en Asie, mon attachement à mes racines m’a naturellement ramené vers l’Algérie que j’ai décidé de visiter. Ce grand pays, peu connu des voyageurs étrangers, mais également des Algériens eux-mêmes, s’est avéré être une terre pleine de sites historiques, souvent classés, et témoins d’un passé culturel riche. J’ai pris conscience de notre patrimoine oublié, de notre histoire intrinsèquement liée à celle du bassin méditerranéen, et de l’enracinement bien africain de cette terre.

Le regard que portent alors mes amis globetrotteurs, venus visiter le pays avec moi, finit de me convaincre du potentiel touristique des différentes régions.

Sur mon chemin, j’ai eu la chance de rencontrer de jeunes acteurs locaux du tourisme, engagés, contribuant à la promotion du patrimoine culturel du pays, et avec qui j’ai pu créer des liens de confiance et l’envie d’œuvrer ensemble pour montrer une autre image de ce pays.

Pont Sidi M'Cid - Constantine

Pont Sidi M’Cid – Constantine

Medracen

Medracen, Mausolée numide du IIIe siècle

Avez-vous pris des engagements dans le sens d’un tourisme durable ?

L’idée inhérente de Carnets d’Algérie  est de promouvoir l’expertise des acteurs locaux du tourisme, proposant des expériences de voyages innovantes.

Un tourisme culturel et authentique comme levier économique majeur, le tout en assurant la préservation des sites visités par la pratique d’un tourisme raisonné. C’est l’ambition du projet. 

Nous partageons avec notre réseau d’acteurs-partenaires une vision commune d’un tourisme écologiquement responsable et centré sur la valorisation du patrimoine culturel et naturel du pays.

C’est pourquoi nous préférons proposer des séjours en groupes restreints, moins consommateurs et plus respectueux des sites visités.

Qu’attendez-vous de l’édition digitale du DirecTravel ?

D’avoir la possibilité de rencontrer des voyageurs curieux, ou intéressés par l’Algérie, et de pouvoir échanger avec eux, répondre à leurs questions et leur donner envie de visiter ce pays.

Que pourriez-vous présenter sur le DirecTravel virtuel pour donner aux voyageurs l’envie de repartir ? (vidéo, images, conférences….)

Beaucoup de belles photos de nos différentes régions, une visite guidée interactive en « Secret Live » (sur inscription), quelques vidéos, une session d’échange (sous forme de live ?)…

Quels sont les atouts de l’Algérie pour un voyageur ?

Pétrie de diverses influences, l’Algérie possède un patrimoine culturel riche et compte plusieurs sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les férus d’histoire et de cultures seront séduits par les vestiges numides, cités antiques romaines, palais ottoman, ou encore la fabuleuse ou vallée du Mzab.

Quant aux amoureux des grands espaces, ils pourront constater l’incroyable spectacle offert par une nature contrastée entre monts du Djurdjura, désert du Sahara ou la côte de la Corniche d’Or.

Que ce soit en bivouac dans le Sahara du Tassili N’Ajjer ou en hébergement en maison d’hôte dans l’Oasis rouge de Timimoun.

Un séjour en Algérie est toujours plein d’authenticité, à la rencontre d’une population accueillante et chaleureuse.

En bref, c’est un pays attachant qui saura séduire ses visiteurs.

Timimoun

Oasis rouge de Timimoun

Quels conseils pourriez-vous leur dispenser pour parcourir cette destination ?

Lorsqu’on prévoit de visiter l’Algérie, il faut garder à l’esprit que le territoire est très vaste (le plus grand d’Afrique) et que les trajets ne se font pas toujours sur une autoroute.

Nous conseillons donc de porter son choix sur une région, selon la période la plus propice de l’année, une thématique ou un évènement culturel, et de prendre le temps de la découvrir.

Si on choisit de faire un trek dans le Tassili ou le Hoggar, on appliquera nos réflexes de voyageurs écoresponsables et on s’assurera d’avoir un équipement adapté pour faire face aux écarts de température, très importants sur une même journée.

Bejaïa

Randonnée autour de Bejaïa

Y a-t-il une saison plus propice à sa découverte ?

L’un des atouts de l’Algérie est qu’on peut y séjourner toute l’année !

Ce « pays continent » se visite au rythme des saisons et des évènements culturels propres à chaque région.

Les villes côtières, comme Alger, bénéficient d’un climat typiquement méditerranéen. Il fait bon y séjourner en dehors de l’été pour profiter des visites culturelles tout en appréciant la douce chaleur du soleil.

La Kabylie peut se visiter en automne, période durant laquelle on pourra assister et/ou participer à la cueillette des olives. Mais c’est au printemps que la nature déploie tous ses atouts dans cette région montagneuse. On pourra également s’y rendre en été pour profiter des festivités autour de l’artisanat de la région comme la fête du bijou à Ath Yenni.

Si on souhaite se rendre dans les Aurès et la région de Constantine, on évitera l’hiver qui reste assez rigoureux dans ces régions. Le printemps et la fin de l’été sont idéales pour profiter des très beaux sites antiques romains et numides de cette partie est du pays.

Les régions sahariennes quant à elle se visitent plutôt entre octobre et mai.  En termes d’évènements culturels majeurs, on peut notamment citer le festival Ahellil et le S’bou de Timimoun, ainsi que la Sebiba de Djanet.

la Tadrart rouge - Algérie

la Tadrart rouge

Si vous ne deviez citer qu’un endroit ou un évènement à ne pas manquer, quel serait-il ?

Personnellement j’aime toutes les régions du pays, chacune pour leurs spécificités. 

Peut-être que le plus dépaysant pour un explorateur reste les régions sahariennes

Et je citerai en particulier deux sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : tout d’abord la vallée du M’zab, qui est un véritable enchantement pour ses visiteurs, tant pour son architecture typique datant du Xe siècle, que pour la rencontre avec la culture mozabite. Et puis pour ceux qui sont à la recherche de grands espaces, je conseillerai de se rendre dans le parc du Tassili N’Ajjer qui, en plus d’être d’une beauté indescriptible, abrite l’un des plus importants ensembles d’art rupestre préhistorique du monde. 

Mais il est difficile de parler de visiter l’Algérie sans citer les très beaux sites antiques romains de Tipaza, Djemila, Timgad ou d’évoquer Bejaïa & la corniche d’Or, sans oublier la Casbah d’Alger.

Vous l’aurez compris, il y « en a pour tous les goûts !